Contact : 06 71 12 81 23

  • Le blog
  • Contrôle de gestion et informatique : complémentaire ou antinomique ?

07 Mar 2019

Contrôle de gestion et informatique : complémentaire ou antinomique ?

Par Vanessa Lépy

- Catégories : Publications

Je suis contrôleuse de gestion, ou plutôt Business Partner, et je viens d’arriver dans une PME plutôt « SI réfractaire ». Moi qui viens d’une boîte à la culture plutôt geek, je comprends peu à peu que tout le monde semble un peu perdu dans les outils qu’ils utilisent (ou pas) dans leur quotidien. 

ERP, Gest’Com, CRM, BI et Requêteur, Data Lake… Mais qu’est-ce que tout ce charabia veut bien dire ? A-t-on besoin de connaître le sens et la nature de ces outils ? Faut-il vraiment se former

Je suis contrôleuse, mais aussi et surtout, co-pilote des différentes directions. Je décide donc de commencer par faire le tour des outils pour tenter de construire des ponts entre eux. Ceux-ci pourront peut-être être gages d’une meilleure performance ?

Première étape : l’ERP ou Enterprise Resource Planning. Mais à quoi sert-il ?

L’ERPC’est la colonne vertébrale du système d’information. Il permet de gérer et suivre au quotidien l’ensemble des informations et des services opérationnels de l’entreprise : la comptabilité, la production, les achats, les ressources humaines, etc… Il est également appelé « transactionnel » et était historiquement connu pour enregistrer la donnée comptable de l’entreprise… avant de s’étendre et d’englober les différents périmètres opérationnels.

Mais ce n’est pas un outil de pilotage ! Bien d’autres solutions existent pour piloter l’entreprise et améliorer nos performances. Elles peuvent rendre certaines de nos missions bien plus faciles et nous en inventer d’autres… bien plus intéressantes !

Le CRM

Les commerciaux avec qui je travaille utilisent une gestion commerciale ou un « CRM » (Customer Relation Management) pour suivre leurs données : leurs portefeuilles, RDV, Chiffre d’Affaires… Bref, toutes les données issues de l’activité commerciale… et ce, dans le but d’instaurer une meilleure gestion de la relation client.

Je passe ensuite voir mes collègues du secteur informatique :

La Business Intelligence

La Business Intelligence (BI) ou informatique décisionnelle, regroupe une large variété d’outils, d’applications et de méthodologies permettant de collecter des données en provenance de systèmes internes et de sources externes, de les préparer pour l’analyse, de les développer et de lancer des requêtes au sein de ces ensembles de données, pour optimiser les décisions.

Ces outils permettent ensuite de créer des rapports, des tableaux de bord et des visualisations de données pour rendre les résultats des analyses disponibles pour les preneurs de décisions. Mais la connaissance n’est pas la compétence et ces outils ne semblent pas toujours à la portée de tous.

Le DATA WAREHOUSE

Le terme « Entrepôt de données » ou Data warehouse (DWH) désigne une base de données utilisée pour collecter, ordonner, journaliser et stocker des informations provenant de bases de données opérationnelles et fournir ainsi un socle à l’aide à la décision en entreprise.

Le DATALAKE

A la différence, le « Lac de données » est une méthode de stockage des données utilisée par le Big Data. Ces données sont gardées dans leurs formats originaux ou sont très peu transformées.

Le BIG DATA

Le Big Data, appelé aussi données massives, désigne des ensembles de données devenus si volumineux qu’ils dépassent l’intuition et les capacités humaines d’analyse et même celles des outils informatiques classiques de gestion de base de données ou de l’information.

Parce que mes collègues et moi avons besoin dans nos quotidiens d’analyser en self-service, d’être autonomes dans l’utilisation des données, de la collecte à l’analyse, et parce qu’en tant que contrôleurs de gestion et garants de l’information financière, nous devons aussi prendre en compte l’évolution de notre activité et de notre organisation, nous avons besoin d’outils de pilotage de la performance ou d’Entreprise performance management (EPM).

Les outils de pilotage ou EPM

Ces solutions de Pilotage de la Performance sont en mesure de répondre et d’appréhender aujourd’hui les limites liées à l’utilisation intensive d’outils bureautiques au sein du contrôle de gestion. Elles permettent ainsi de consolider, de partager, d’analyser, de simuler les données financières et extra-financières. Cela permet ainsi d’industrialiser, de centraliser et de fiabiliser la donnée et de recentrer le contrôle de gestion là où il a le plus de valeur ajoutée : à savoir l’analyse et la prise de décision, voire même, dans la prévision de l’activité, dans l’identification de leviers de performance et de nouveaux business.

Aujourd’hui, la tendance des outils de Pilotage de la Performance ne se limite plus uniquement à des indicateurs financiers et s’étend aussi à des indicateurs de performance logistique, humaine, industrielle, achat, etc…

Peu à peu, mes collègues, financiers et opérationnels, prennent conscience que tous ces outils sont incontournables, ou qu’ils le seront bientôt. L’Entreprise ne passera pas à côté. Ils sont déjà éprouvés. Les grosses entreprises n’hésitent pas à se lancer, quelques plus petites également. Il en va de la survie de nos activités face à la concurrence. La survie de nos jobs dépend donc de notre bonne appropriation de ces outils et de notre montée en compétences sur ces sujets DATA.