Contact : 06 71 12 81 23

21 Avr 2016

SCOP, tu connais ?

Par Gabrielle Boulanger

- Catégories : Publications

Le monde change et la vision du travail et de l’entreprise change avec lui. Toi, salarié, tu as de nouvelles attentes quant à ton rôle au sein de l’entreprise.

Tu veux être impliqué, compter dans la prise de décision, avoir plus d’autonomie et responsabilités.

Tu veux être partie prenante, être investi d’un vrai rôle sans forcément rechercher la compétition avec tes collaborateurs. Bref, tu veux compter dans l’entreprise et que ton travail compte pour toi.

La SCOP (Société de coopérative de Production) t’offre cette opportunité. Même si son objectif est, comme celui de toute entreprise, celui du profit, elle est un nouveau modèle de structure qui remet en cause l’ordre établi. Sur le principe d’un vote égale une voix, tu es désormais partie prenante dans la prise de décision. Tu as, comme tous les salariés, vocation, à terme, à devenir associé.

Avec les autres salariés, vous êtes majoritaires : vous détenez au moins 51% du capital social. Un dirigeant reste à la tête de l’entreprise, mais est élu par les salariés associés.

Enfin, la répartition des ressources se fait de manière équitable entre les salariés, les salariés associés et les réserves de l’entreprise (40 à 45% du résultat), qui contribuent au développement de l’entreprise. L’entreprise vise avant tout la pérennité de ces emplois et de sa structure.

La SCOP : Sociale, Collaborative et Profitable

 

Les SCOP c’est plus de 2 200 entreprises et près de 48 000 salariés. Elles résistent mieux économiquement que les modèles d’entreprise traditionnels, dû notamment à une meilleure implication de ses salariés et aux réserves impartageables qui garantissent l’investissement et le développement économique de la structure.

Et ce mode de fonctionnement n’est pas seulement envisageable pour les petites structures comme les start-ups. Il s’adapte également aux vrais modèles de rentabilité économique. Acome, leader et spécialiste sur les marchés de l’automobile et de l’embarqué, des réseaux d’infrastructures télécom et bâtiment, atteint 405 millions de chiffres d’affaires et emploie 1435 personnes dans le monde. Le groupe Up (ancien chèque-déjeuner) atteint lui, 317 millions de chiffre d’affaires en 2014 et 710 salariés sociétaires. Et pourtant, ces deux grosses organisations ont opté pour le modèle SCOP.

 Chez Intis, on est esprit SCOP ! Savoir-être, COllaboration, Projet commun !

 

Avec de l’expérience derrière eux, les fondateurs d’Intis, société de conseil pour la performance, ont pu s’essayer à plusieurs modèles d’organisation par le passé. Intis n’est que l’application de leurs attentes en tant que salariés, en termes de management, d’organisation et de méthode. Intis est un projet dont la dynamique basée sur le savoir-être, la collaboration et l’ambition commune de réussir tous ensemble. C’est aussi le pré-requis d’appliquer à soi-même les valeurs de travail que l’on adopte dans notre relationnel client.  

 Le Savoir-être

 

C’est l’élément le plus important pour un consultant. Il est à l’écoute des besoins, dans une dynamique de co-création, de collaboration dans sa vie de tous les jours sur le terrain. Il communique quoi ! Eh bien, il adopte les mêmes réflexes à domicile. Intis désire faire vivre ces valeurs au sein de sa propre structure avec un modèle User Centric : remettre l’humain au centre du projet.  

La Collaboration

 

Comme dans beaucoup d’équipes, les membres ont des parcours sont différents et des compétences diverses. C’est la somme de toutes ses compétences, de toutes ces qualités, qui va permettre à l’équipe de remporter le match. Chaque membre s’appuie sur l’expertise des autres. Etre en compétition avec les membres de sa propre équipe est contre-productif. En championnat, c’est contre les autres équipes que l’on doit gagner !

Le Projet commun

 

L’objectif est le même pour tous : gagner ! Peu importe le poste occupé, les compétences servent le développement de notre club. Il y a des capitaines d’équipe évidemment mais chaque membre travaille en parfaite autonomie. On se suit, on s’encourage, on s’aide mais on se gère seul. De cette manière, chacun d’entre nous se sent impliqué, en véritable acteur de son travail. On est enthousiaste, emmené par le projet.

Si l’adoption de la SCOP va à contre-courant du secteur d’activité très normé dans lequel évolue Intis, ces valeurs ne sont en aucun cas incompatibles avec les objectifs de la performance, d’excellence, de réussite qu’Intis s’est fixé. Mais ces objectifs prennent tout simplement leur place dans un modèle sain.