Contact : 06 71 12 81 23

  • Le blog
  • Les 10 règles du mauvais consultant

10 Avr 2017

Les 10 règles du mauvais consultant

Par Gabrielle Boulanger

- Catégories : Publications

Vous intégrez un consultant pour vous accompagner sur votre projet. Mais comment reconnaître un consultant aguerri qui saura vous apporter de la valeur ? Toutes les mauvaises pratiques à repérer pour être sûr d’être accompagné par la bonne équipe …

 

1 ) IL NE VOUS ECOUTE PAS !

 

En phase de spécifications, ce consultant a pour mission de vous accompagner dans la mise en œuvre de votre nouvel outil d’élaboration budgétaire. Il a déjà implémenté cet outil des dizaines de fois chez d’autres clients et avant de commencer cette phase primordiale, il semble déjà savoir quelles fonctionnalités il veut mettre en place. C’est la première réunion et vous, responsable du contrôle de gestion, énoncez vos besoins. Rentrés par une oreille, aussitôt sortis par l’autre, le consultant ne s’adaptera pas du tout à votre contexte. Résultat : Vous vous rendrez compte à la recette que ça ne convient pas du tout à vos besoins.

 

2) IL NE PREND PAS DE NOTES !

 

Vous rencontrez le nouveau consultant avec votre équipe. Contexte particulier : le paramétrage effectué précédemment ne correspond plus aux besoins actuels. Il assiste à une réunion ou l’équipe projet liste une succession d’évolutions à apporter au modèle actuel.

EASY ! Apparemment, il a une mémoire infaillible. Et puis de l’expérience. Tout dans la tête, les mains dans les poches !

En revanche, vous, vous tiquez sur le manque de proactivité de votre futur collaborateur… et l’attendez au tournant.

 

3) IL NE REFORMULE PAS !

 

Le consultant vous présente le déroulement du projet et les actions qui vont être entreprises. Il utilise un langage technique, assez peu familier pour vous, directeur commercial. Afin de vous assurer que vous avez bien tout compris, vous déroulez les questions.

Plutôt que répondre simplement et précisément à vos questions, le consultant réexplique encore et encore les mêmes choses dans son jargon. Bilan, des incompréhensions demeurent et vous n’êtes pas rassuré.

 

4) IL NE PREND PAS DE PLAISIR !

 

Pas d’enthousiasme, de passion ou de curiosité pour le consultant, il s’ennuie dans son job, ce qui impacte votre équipe. Le résultat s’en fera ressentir : un relationnel compliqué, vous ne le sentez pas investi.

 

5) Il NE SE DONNE PAS A FOND !

 

Par ailleurs, dans sa mission, il ne va pas au bout des choses : manque de proactivité, manque de force de propositions et de conseils…

 

6) IL NE SE POSE PAS DE QUESTIONS !

 

Vous vous rendez compte en fin de projet, que le consultant aurait eu besoin de plus de détails sur vos besoins. Mais étant tout jeune consultant, il n’a visiblement pas osé admettre qu’il n’avait pas tous les éléments en main pour atteindre ses objectifs avec la qualité requise. Il a préféré se lancer avec les éléments qu’il avait. Quelques semaines plus tard, quand vous lui demandez des modifications, il passera quelques journées supplémentaires pour terminer le projet.

 

7) IL NE COMMUNIQUE PAS !

 

Cela fait quelques semaines que vous n’avez pas de retours du consultant qui travaille sur votre projet. Il finit par vous présentez fièrement ses avancées. Aucune difficulté, il est dans les temps et le travail est bien fait. Mais avoir été tenu au courant vous aurait évité quelques semaines de stress, à vous, mais également à son responsable…

 

8) IL N’EST PAS ALERTE !

 

Le consultant, la tête dans le guidon, code. Sans se soucier des développements menés en parallèle par sa propre équipe…

Quand un problème, que l’on pouvait voir arriver gros comme une maison survient, vous lui reprochez de ne pas avoir été prévenu !

 

9) Il NE CAPITALISE PAS !

 

Le consultant vient de finir votre projet. Tout s’est bien déroulé, en temps et en heures. Il a formé un utilisateur du contrôle de gestion à la maîtrise de l’outil qu’il vient d’intégrer. Il n’a cependant pas pris le temps de formaliser les bonnes pratiques et les processus de réalisation. Quelques mois plus tard, l’utilisateur formé vous quitte et le reste de l’équipe se retrouve démuni face à l’outil. Et aucun document sur le coin d’un bureau !

 

10) IL NE VOUS DIT JAMAIS NON !

 

En tant que responsable du contrôle de gestion, vous avez une idée très précise de ce que vous voulez mettre en place dans le nouvel outil. Lors de vos points projet avec le consultant, il vous arrive lors de l’explication d’un besoin, de vous projeter de passer d’un besoin à l’autre… tout est clair pour vous mais pas forcément pour le consultant qui vous accompagne, car il ne baigne pas dans le métier. Par contre, lui ne vous reprend pas, dis oui à toutes demandes sans même savoir si il y aura un impact sur le modèle déjà mis en place…

Après quelques mois de développement, vous tombez de haut et le projet a dérivé sérieux, tant en termes de délais que de budget…