Contact : 06 71 12 81 23

  • Le blog
  • Contrôle de gestion : quel avenir ?

18 Déc 2017

Contrôle de gestion : quel avenir ?

Par Gabrielle Boulanger

- Catégories : Actualités

L’observatoire international du contrôle de gestion a livré les conclusions de ses recherches sur l’évolution du contrôle de gestion, lors du Financium, organisé par la DFCG le 5 décembre dernier. Les résultats de l’enquête en quelques chiffres…

Les activités à limiter et celles à prioriser

 

En mesurant l’importance de la valeur ajoutée pour certaines actions des contrôleurs par rapport au temps consacré, l’observatoire a pu détecter les activités à limiter et celles à prioriser.

L’activité qui apporte le moins de valeur ajoutée par rapport au temps passé est sans conteste, la production des reportings, suivi par les plans et budgets, les (re)prévisions et les SI.

Celles à prioriser avant tout, sont l’animation et l’analyse des écarts, suivi de près par les business reviews et la gestion de trésorerie.

Le contrôle interne/des risques demande un temps passé proportionnel à la valeur ajoutée apportée.

L’évolution des méthodes

 

L’abandon du budget n’est pas à l’ordre du jour, le rolling forecast progresse, les simulations et le prédictif arrivent en force.

Pour 42% des directions financières, le rolling forecast est déjà en place et  39% prévoient de le mettre en oeuvre dans les années à venir.

Le BBZ est mis en place dans 19% des DAF et sa mise en place est en projet pour 19 autres %.

15% ont mis en place de la simulation statistique et 32% souhaitent en mettre en place.

La méthode prédictive est prévue pour 45% d’entre elles et 10% l’ont déjà adoptée.

En revanche, l’abandon total du budget n’est pas d’actualité : 3% des daf l’ont abandonné quand seulement 4% prévoient un abandon prochain.

En termes de processus, 39% ont pu alléger le nombre d’interactions et d’aller-retours, 29% ont raccourci le délai de production, 20% n’ont rien changé et 12% ont allégé la maille budgétaire, en 2017.

En termes d’outils, en 2017, les souhaits d’améliorations en pilotage des systèmes d’informations concernaient :

1) la restitution automatisée,  2) l’intégration des outils, 3) les simulations, 4) la capacité d’investigation, 5) l’homogénéité des données, 6) la validation par des workflows, et 7) la saisie des commentaires.

Les priorités du contrôleur de gestion en matière de transformation digitale

 

22% souhaitent accéder à une information plus qualitative;

21% souhaitent accéder à des outils intelligents pour l’aide à la décision, 20%, améliorer le travail collaboratif ;

19% voudraient accéder à l’information partout et tout le temps et 18%, accéder à plus de données.

Les grandes entreprises souhaitent des outils plus intelligents tandis que les petites structures voudraient des informations plus qualitatives.

10% des répondants utilisent déjà le big data, 42% pensent l’utiliser dans les 3 ans.

Si 40% ont déjà adopté le corporate performance management, 44% souhaitent l’utiliser prochainement.

22% utilisent déjà une plateforme BI moderne, et 47% l’adopteront dans les années à venir.

31% comptent utiliser une plateforme collaborative prochainement quand 12% en utilisent déjà une.

Que demande-t-on le plus aux contrôleurs ?

 

Des analyses prédictives (97%), des analyses ad-hoc (88%), la réduction des coûts (91%), le business model (96%), la marge (97%) et le ROI (94%).

Du contrôleur de gestion au performance manager

 

Les priorités mises en évidence pour augmenter l’efficience du contrôle de gestion :

  • La revue des indicateurs : 54% l’ont déjà en place, pour 31%, c’est en projet.
  • Les SI pour la gestion de la performance : 36% l’ont mis en oeuvre et c’est en projet pour 41%.

 

  • Le développement des expertises techniques et comportementales : en place pour 26% et en projet pour 42%.
    • Un centre de services partagé pour le reporting est en place pour 25% et 24% ont pour projet sa mise en oeuvre.
  • 16% ont mis en place un CSP pour l’analyse et la prévision et 25% sont en train de le mettre en oeuvre.
  • 14% ont changé le rattachement hiérarchique et 20% considèrent le sujet comme prioritaire et projettent de le changer.