Contact : 06 71 12 81 23

  • Le blog
  • Le consultant double casquette technique-métier rocks !

21 Fév 2017

Le consultant double casquette technique-métier rocks !

Par Seng Lao

- Catégories : Int'Buzz

Seng nous raconte ses projets au sein d’une grande entreprise de l’aéronautique et comment il est revenu du côté obscur de la technique pour devenir un jedi métier…

« Au début, il y avait un besoin technique au sein du contrôle de gestion achats.

Un outil d’élaboration budgétaire et de prévisions était déjà implanté (parmi tant d’autres) mais, devant une grosse boîte noire, le client commençait à mal dormir au vu des risques techniques et de l’inquiétude grandissante des utilisateurs.

Je suis entré dans le projet pour rationaliser l’application et déployer un module web inexploité dans le but de faciliter la collecte de données par les contrôleurs de gestion. Ces derniers interviennent en appui des acheteurs lors des phases de négociations. Les prévisions, basées sur les conditions contractuelles en cours, permettent d’estimer le prix d’achat des pièces : la simulation sur des hypothèses de risques et opportunités achats (hausse fournisseur ou hausse des matières premières, par exemple) sont modélisées afin d’estimer le coût des ventes d’un avion de façon précise. J’ai passé environ un an sur ce projet purement technique.

Les prévisions du contrôle de gestion achats étaient jusqu’ici établies à l’aide de trois applications différentes (sans parler du nombre de fichiers Excel complémentaires). Il a donc fallu, dans un second temps, migrer vers une solution unifiée afin de centraliser les données et enfin…respirer ! Dans ce cadre, je suis intervenu en assistance à maîtrise d’ouvrage. J’ai commencé par aider le métier à exprimer et formaliser les besoins des utilisateurs et j’ai poursuivi cet accompagnement tout au long des différentes étapes du projet (spécifications, dossier d’architecture, plans de tests, plan de migration des données, …). En bref, j’ai été l’interface entre les métiers et l’intégrateur durant les 1 an et demi d’accompagnement.

Dans cette seconde partie de projet, j’ai dû rajouter une casquette métier à ma casquette technique.

C’est un peu mon terrain de prédilection, la technique. De formation ingénieur, j’étais un consultant clairement tourné vers l’outil. Mais à force de projets, j’ai été amené, au fil de l’eau, à maîtriser les problématiques métiers… Il faut dire que dans ce contexte-là, ma première expérience dans l’industrie automobile (3 ans) sur des problématiques de planification financière m’a quand même beaucoup aidé !

En fait, mon job c’est d’être l’interface entre le métier (souvent éloigné de la technique) et l’équipe de développement (souvent loin des problématiques métiers). Concrètement, je « soulage » le métier en répondant en son nom aux questions de l’équipe de développement, en qualifiant les règles de gestion et données de l’application avant que celles-ci ne se retrouvent entre les mains des experts fonctionnels pour validation ou en faisant monter en compétence les ressources clés de l’équipe de développement sur les aspects fonctionnels.

Mes compétences techniques sont un avantage lorsqu’il s’agit de traduire une information de l’équipe technique, de mettre en garde le métier contre des choix de modélisation qui pourraient s’avérer trop contraignants à mettre en œuvre et/ou à utiliser, ou de simplement leur faire prendre conscience du caractère impossible de certaines demandes (non, on ne peut pas toujours avoir des réponses en « temps réel » même avec l’outil le plus puissant au monde).

Mes compétences métier sont un plus pour le client et l’équipe de développement car elles permettent un gain de temps non-négligeable pour les experts métier dont l’agenda est très chargé. Par exemple, j’ai depuis le début du projet dû former « au métier » 5 architectes applicatifs successifs – 4 d’entre eux ayant jeté l’éponge.

La double compétence technique-métier présente un avantage certain pour l’ensemble des parties prenantes : un seul interlocuteur pour deux visions d’un même projet. C’est surtout l’assurance d’une bonne traduction pour un livrable adapté. Le danger du post-projet, c’est un outil et des processus qui passent à côté des utilisateurs et qui, du coup, sont vite laissés de côté… »

Parfois, il y a vraiment besoin d’un traducteur ! : L’expert en réunion