Contact : 06 71 12 81 23

  • Le blog
  • Contrôleurs industriels : le calcul du coût de revient, c’est trop bien !

18 Juin 2018

Contrôleurs industriels : le calcul du coût de revient, c’est trop bien !

Par Gabrielle Boulanger

- Catégories : Publications

6 raisons de miser sur le coût de revient pour le CDG industriel

Le calcul du coût de revient est un outil essentiel pour le contrôleur de gestion industriel. Pourquoi est-ce l’enjeu n°1 ?

  • Parce que si l’on dépasse la simple comparaison coût réel/coût standard, il sert véritablement la définition et l’exécution de la politique industrielle et commerciale de l’entreprise.
  • Parce qu’il réinterroge la présence de certains produits du portefeuille.
  • Parce qu’il peut résoudre la question : fabriquer ou sous-traiter ?
  • Parce qu’il réinterroge les choix d’investissement. Associé à l’analyse des indicateurs TRI et VAN, l’analyse de sa structure affine l’étude de la rentabilité et du niveau de risque
  • Parce qu’en complétant l’analyse du TRS, il permet de mesurer le coût des dysfonctionnements et de calculer le gain d’un point d’amélioration du TRS. L’association des deux connecte les approches industrielles et financières et aide à la décision des leviers d’amélioration en fonction du coût des actions et du gain attendu
  • Parce que c’est un outil qui contribue à l’amélioration des processus industriels et commerciaux, si l’on dispose du détail des coûts de revient par composante de coût et par étape du cycle de production.

2 façons d’optimiser son utilisation !

  • Calculer le prévisionnel : pour envisager un taux de marge avant la création d’un produit ce qui détermine ou non le lancement du produit
  • Améliorer sa fiabilité : grâce à une comparaison au coût de revient de produits similaires et à la vérification des hypothèses historiques (rythme de production, volumes, prix d’achats…)

Le MUST HAVE

  • Un outil de simulation ! Si l’ERP prend en compte les fluctuations des matières premières dans le calcul, c’est l’outil de simulation qui soulignera l’influence des fluctuations sur les prévisions du coût de revient
  • Dans un contexte de fusion, l’outil peut consolider les données avec différentes vues
  • Requestionner votre méthode de calcul ! Une méthode moins consommatrice en ressources, qui apporte le bon niveau d’information pour que celle-ci soit pertinente (pas forcément trop détaillée, trop d’infos tue l’info !) ?

Et vous, comment gérer vous le calcul de vos coûts de revient ? Est-ce votre enjeu n°1 ?

 

(*Source : Contrôle de gestion industriel, Un autre regard sur l’utilisation des coûts de revient, Christophe Maupu, Frédéric Jalier, 2011)