Contact : 06 71 12 81 23

  • Le blog
  • La Blockchain dans la vraie vie : quels usages ?

22 Août 2017

La Blockchain dans la vraie vie : quels usages ?

Par Gabrielle Boulanger

- Catégories : Actualités

La blockchain, c’est LE grand sujet à la mode. Tour d’horizon des usages de la blockchain en cette fin d’été, qui fut riche en évènements pour cette technologie…

 

La blockchain, kesako ?

 

La blockchain, c’est une chaîne de blocs de stockage permettant de conserver les données et de les transmettre de manière sécurisée, sans intermédiaires ou organes de contrôle. Pour faire simple, c’est un grand livre de comptes électronique.

L’usage le plus connu utilisant cette technologie est la monnaie bitcoin, qui vient tout juste d’atteindre une valeur de 4000 dollars. On voit apparaître de nouvelles cryptomonnaies comme l’éther, dont la valeur a pris 4000% en une année, ou le coinbase.

Mais les usages de la blockchain se multiplient…

 

La blockchain : une priorité pour la Chine

 

Le sujet blockchain est devenu dernièrement un sujet prioritaire pour la Chine. Elle prévoit de l’utiliser pour la collecte de ses taxes sociales et l’émission de factures électroniques. C’est l’un des pays ayant le plus mesuré les opportunités de la technologie.

En effet, la technologie blockchain s’inscrit dans un programme plus large de digitalisation de la Chine. Alors que la banque populaire de Chine teste sa propre monnaie virtuelle, s’appuyant en partie sur la blockchain, les autorités locales prennent également possession du sujet. Elles votent pour des politiques pro-blockchain et les villes montent désormais des équipes de R&D dédiées à cette technologie.

Et les entreprises chinoises ne sont pas en reste. Un équipementier automobile a décidé de financer un projet de voitures électriques « smart city » basé sur la blockchain.

Les entreprises américaines établies en Chine prennent part à l’engouement. Une entreprise américaine installée sur le sol chinois teste actuellement, en partenariat avec IBM,  l’utilisation de la blockchain pour suivre la chaîne d’approvisionnement du porc.

Pour en savoir plus

 

Une technologie prioritaire pour IBM et Microsoft

 

D’ailleurs, ce n’est pas le seul projet blockchain d’IBM. La société américaine monte également un consortium avec 7 banques européennes autour de la plate-forme appelée Digital Trade Chain. Elle viserait à faciliter le commerce international des PME et leur faciliter l’accès aux services financiers liées à leur activité. Des millions d’entreprises seront concernées par ce service. Elles pourront assurer une gestion de l’historique des transactions décentralisée, sécurisée et infalsifiable. La plateforme sera opérationnelle à la fin de l’année 2017.

Pour en savoir plus

Du côté intégrateur, Microsoft se lance également avec une application open source permettant une simplicité d’accès, l’accès au réseau étant encore trop compliqué pour la plupart des entreprises.

 

Un usage pour l’industrie automobile

 

En partenariat avec d’autres entreprises, le laboratoire Toyota travaille sur les opportunités possibles que cette nouvelle technologie pourraient offrir à l’industrie automobile. L’un des travaux actuels porte sur le partage des données de conduite et des tests des véhicules autonomes.  Ces données, dont la propriété serait attribuée à tous les contributeurs,  permettraient de développer des véhicules autonomes sûrs et fiables plus rapidement.

Pour en savoir plus

Renault, de son côté, réalisera un carnet d’entretien numérique qui permettra de conserver, sécuriser et assurer la transparence des données des véhicules qui seront réparties sous différents systèmes d’informations : constructeurs, réparateurs, assureurs… Cela permettra une confiance renforcée entre acheteurs et vendeurs, lors d’une vente par exemple.

En savoir plus

 

La blockchain de l’espace

 

Le projet blockstream est une solution satellitaire qui permet à l’ensemble du monde de pouvoir avoir accès à des données relatives à la blockchain. Elle permettrait à des régions qui ne disposent pas d’un accès à internet stable de pouvoir utiliser des cryptomonnaies comme le bitcoin. Elle suppose, quand même, au moins une connexion à internet, pour que les données soient envoyées au relais qui charge les données sur le satellite.

Pour en savoir plus sur le projet blockstream

 

La blockchain : quels enjeux pour la finance ?

 

Le consortium R3, dont Natixis, la Société Générale et la BNP Paribas font parti, vise à développer des applications financières mais non monétaires. Né en 2015, le consortium compte actuellement plus de 80 partenaires. Il se concentre sur des applications BtoB comme la vérification des transactions entre les banques ou l’automatisation de l’établissement du taux interbancaire. A l’avenir, des applications destinées aux clients pourraient également voir le jour.

En savoir plus

 

La blockchain remet en question les règles de fixation des prix

Car elle permet la transparence et la traçabilité des échanges et donc une confiance qui n’existait pas forcément avant.

Comme la technologie Everledger qui permet la traçabilité des produits de grande valeur, comme les diamants. Elle garantit l’authenticité et la provenance des produits grâce à un registre non modifiable et commun à tous les membres de la chaîne de distribution et donc transforme le rapport à la confiance.

Elle pourra également garantir certains facteurs clés dans le e-commerce (origine des produits, éléments logistiques, véracité des commentaires, avis) ce qui justifierait des prix plus élevés et rapprocherait valeur et prix.

Cela pourrait déboucher également sur la création d’outils de tarifications à proprement parler, notamment grâce aux « smart contracts » (automatisation des contrats avec des règles transparentes) qui permettrait l’automatisation de pricing. Exemple à l’usage: l’assurance automobile au kilomètre.

 

Une menace ?

Pour certains, la blockchain représente une menace car elle suppose la disparition des intermédiaires de confiance.

 

Encore des freins

Des capacités de calculs nécessaires trop importantes, un volume de transactions permis trop faible, pas de cadre juridique… De nombreux freins subsistent encore au développement de la technologie blockchain mais elle promet tout de même de belles avancées dans les années à venir…

Blockchain : le juste prix de la confiance